Accueil |

Accélération

           

L'accélération d'un mobile est le rapport entre une variation de sa vitesse (dv) et la durée durant laquelle elle se produit (dt).

Considérons l'acception populaire signifiant « &aller plus vite » (accélération linéaire) : si la vitesse d'un objet augmente de 1 mètre par seconde (m/s) en une seconde (par exemple sa vitesse passe de 3 m/s à  4 m//s en une s), son accélération est de 1 « mètre par seconde » par seconde, soit 1 m/s/s, que l'on note aussi 1 m/s2 ou 1 m.s-2

L'accélération est représentée par un vecteur et est mesurée en mètres par seconde carrée.

Dans la vie courante, on distingue trois événements que le physicien regroupe sous le seul concept d'accélération :

Sommaire
1 Remarque importante
2 Accélération et gravité
3 Mathématique : convergence d'une suite

Remarque importante

La relativité générale établit que la force de gravité ne se distingue pas localement (c'est à  dire si l'on considère uniquement un point) d'une accélération, et que c'est la raison pour laquelle masse de gravitation et masse d'inertie ne peuvent être distingués fonctionnellement. Il est important sur le plan conceptuel de connaître cette équivalence, beaucoup de physiciens utilisant pour cette raison, en abrégé, le terme accélération pour désigner indifféremment une modification de vitesse ou la présence dans un champ de gravité, même en l'absence apparente (dans l'espace 3D) de mouvement.

Néanmoins, ces considérations n'ont pas à  être prises en compte lorsqu'on étudie des problèmes dans le cadre de la seule cinématique.

Accélération et gravité

La gravité provoque l'accélération d'une masse (chute libre) ; l'intensité de la gravité est donc exprimée sous la forme d'une accélération, notée . Afin de donner une valeur « parlante », on exprime souvent une accélération par rapport à  l'accélération moyenne de la gravité sur Terre, en G :

1 G = 9,81 m.s-2

La théorie de la relativité générale a montré qu'il n'y avait localement pas de distinction entre une attraction gravitationnelle et une accélération.

Mathématique : convergence d'une suite

Le terme est aussi utilisé en mathématiques, par exemple l'accélération de la convergence d'une suite (par des procédés comme le Delta-2 d'Aitken) signifie que l'écart entre la valeur des éléments de la suite et sa limite est plus petit que pour la suite initiale à  un rang n donné.