Accueil |

Diacritique

     

Cet article fait partie de la série Diacritique
Note : cette page contient des caractères qui ne sont pas nécessairement présents dans les polices de caractères courantes. Si vous constatez que certains sont remplacés par des carrés, des points d'interrogation ou autres, consultez la page Unicode pour régler facilement ce problème. De plus, votre système et votre navigateur doivent être à  jour pour prendre en charge l'affichage complexe des caractères arabes. à€ défaut, les mots arabes risquent d'être écrits à  l'envers et sans ligaturess (testez votre navigateur ici).

Un (signe) diacritique (du grec διακριτικός diacritikà³s, « qui distingue ») est un signe placé sur (diacritique suscrit), sous (diacritique souscrit), dans ou travers (diacritique inscrit), à  cà´té (diacritique adscrit) ou tout autour (diacritique circumscrit) d'un graphème pour :

Au même titre que les ligaturess, l'ajout de diacritiques étend le nombre de graphèmes d'une écriture.

à€ titre d'exemple, l'accent aigu du français modifie la valeur phonétique d'un e, généralement prononcé [ǝ] : é vaut alors [e]. L'accent grave sur un a, cependant, ne permet que de distinguer des homographes : la (article) ~ là  (adverbe de lieu), valant tous deux [la]. Le français ne connaît pas de diacritique servant à  affiner la lecture ; ce type-là  existe en arabe, o๠les voyelles ne sont pas écrites ; dans les ouvrages didactiques ou religieux, on peut les noter sous forme de diacritiques. La fatḥa, un trait légèrement oblique suscrit, sert à  indiquer la présence d'une voyelle [a] : le mot عدل se lit Ê¿adl (‘adl) mais se translittère Ê¿dl. Pour en préciser la lecture, on peut ajouter une fatḥa : عَدل.

Chaque écriture a pu développer ses propres diacritiques :

Les diacritiques utilisés en français, leur utilisation et les règles d'emplois, sont traités à  part. Il existe actuellement un article sur l'accent circonflexe en français.

Articles connexes