Accueil |

Liste des expressions françaises

Voici une liste des expressions françaises courantes. __notoc__
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A

;à€ dix lieues à  la ronde : Très loin ;à€ la Saint-Glinglin : Dans un avenir lointain ;à€ l'emporte-pièce, jugement à  l'emporte-pièce : jugement hà¢tif, global, sans nuance ;Aux calendes grecques : Jamais ;Aller au charbon : Aller faire quelque chose de désagréable, aller faire quelque chose de très dur ;Aller au turbin : Aller au travail ;Aller aux fraises : Porter un pantalon trop court ;Aller à  hue et à  dia : Aller dans tous les sens, sans direction ;Aller dans le mur : Aller dans une mauvaise direction s'emploie aussi au figuratif ;Appeler un chat un chat : Dire les choses comme elles sont ;C'est l'arbre qui cache la forêt : Une personne ou un événement (plutà´t positif/négatif) masque le reste des personnes ou des événements (plutà´t négatif/positif) ;Attacher Pierre avec Paul (mettre le samedi avec le dimanche) : Attacher un bouton avec la mauvaise boutonnière ;Au diable vauvert : Très loin ; Au frais de la princesse : Gratuitement, au frais de quelqu'un, souvent riche, d'une société, de l'administration. Voyager au frais de la princesse, téléphoner au frais de la princesse. ;Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois : Avec un savoir médiocre, on brille au milieu des ignorants ;Autant chercher une aiguille dans une botte de foin : Cela est impossible ;Avaler une (des) couleuvre(s) : Devoir faire ou accepter quelque chose que l'on ne veut pas ;Faire avaler des couleuvres : Faire accepter un mensonge ou quelque chose que l'on ne veut pas ;Avoir du chien : Avoir du charme / Avoir un caractère affirmé ;Avoir du cran : Avoir du courage ;Avoir du bol : Avoir de la chance ;Avoir du pot : Avoir de la chance ;Avoir de la chatte (de la moule, du cul) : Avoir de la chance (vul.). En ancien français, le bol et le pot désignaient également le derrière mais ces expressions sont passées dans le langage familier. ;Avoir le cul bordé de nouilles : Avoir de la chance (vul.) ;Avoir les oreilles qui sifflent : Quelqu'un parle de soi en mal. ;Avoir avalé sa langue : Garder le silence ;Avoir une brioche au four : àŠtre enceinte (arg.) ;Avoir la dalle (en pente) : Avoir soif (ou être alcoolique) ; s'emploie aussi pour avoir faim. La dalle est à  l'origine un vocabulaire carcéral et signifiait la table, voir casser la dalle ;Avoir une faim de loup : Avoir grand faim ;Avoir le feu au plancher : Porter un pantalon trop court ;Avoir les fils qui se touchent (Avoir passé le coin du bois) : Perdre la raison ;Avoir les dents longues : àŠtre très ambitieux ;Avoir une dent contre quelqu'un : En vouloir à  quelqu'un ;Avoir l'estomac dans les talons : Avoir faim ;Avoir le nez fin : Prévoir correctement un événement ;Avoir la peur au ventre : Avoir très peur ;Avoir un poil dans la main : àŠtre fainéant ;Avoir un polichinelle dans le tiroir : àŠtre enceinte ;Avoir la puce à  l'oreille : Se douter de quelque chose ;Avoir un second bureau : Avoir une maîtresse ;Avoir la tête dans le cul (... dans le gaz, ... dans le pà¢té) : àŠtre très mal réveillé, ne pas avoir tous ses esprits (Vul.) ;Avoir toute sa tête : àŠtre sain d'esprit, s'emploie surtout dans sa forme négative, voir ci-dessous ;Ne pas avoir toute sa tête, ou ne plus avoir toute sa tête : Perdre la raison, être vieux, gà¢teux, voire perdre la boule. ;Avoir voix au chapitre : Pouvoir donner son avis ;Avoir les yeux en face des trous : àŠtre bien réveillé ;Avoir les yeux plus gros que le ventre : àŠtre très gourmand, figuratif : surestimer ses capacités à  faire quelque chose ;Avoir la tête près du bonnet : Se fà¢cher facilement

B

;Baisser d'un ton : Parler moins fort, au figuré : faire les choses moins bien ;Balancer la purée : Éjaculer - Tirer avec une arme à  feu ;Balayer devant sa porte : Régler ses propres problèmes ;Bander comme un Turc, comme un à¢ne, comme un taureau : Avoir une (très) forte érection (Vulg.) ;Baptiser au sécateur : Circoncire ;Bà¢tir des chà¢teaux en Espagne : Vivre de rêves irréalisables. Syn. Tirer des plans sur la comète ;En baver des ronds de chapeau : Souffrir ;Blanchir quelqu'un : Mettre quelqu'un hors de cause ;Blanchir sous le harnais : Obtenir de l'expérience ;Bonnet blanc et blanc bonnet : Se dit de choses identiques ;Botter en touche : Détourner la discussion, passer à  autre chose sans conclure ;Bouché à  l'émeri : Sourd, ou bête au point de ne rien comprendre ;Brà»ler la chandelle par les deux bouts : User son corps par un mode de vie frénétique. Vivre de manière trop intense

C

;Casser du sucre sur le dos de quelqu'un : Dire du mal de quelqu'un en son absence. ;Casser la dalle : Manger. Expression carcérale à  l'origine, la dalle signifiant la table. ;C'est le monde à  l'envers : Les choses sont dans l'ordre inverse de la logique ;C'est la croix et la bannière : C'est difficile ;C'est la cerise sur le gà¢teau : C'est un avantage supplémentaire ;C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase : C'en est trop ;C'est là  que le bà¢t blesse : C'est là  que ce trouve le problème, c'est là  que ça fait mal ;C'est le cirque : La situation est chaotique ;C'est le bazar : La situation est chaotique ;C'est le bordel : La situation est chaotique ;C'est d'enfer : C'est très bien ;C'est le pied : C'est très bien ;C'est cool : C'est très bien ;C'est le bouquet : c'est l'événement qui vient s'ajouter à  une série d'événements négatifs ;Capillotracté (Tiré par les cheveux) : Difficile à  croire ;Casser sa pipe : Mourir ;Il me casse les pieds : Il m'énerve ;Cautère sur jambe de bois : Action sans aucun effet ;Ce n'est pas la mer à  boire : Ce n'est pas difficile ;Cela ne vaut pas un clou : Cela ne vaut pas grand chose ;Cela ne vaut pas un coup de cidre : Cela ne vaut rien ou pas grand chose ;Cela ne mange pas de pain : Ce n'est peut-être pas très utile, mais pas très coà»teux à  conserver non plus. ;Cela fait un bail : Cela fait longtemps ;Changer d'avis comme de chemise : Changer fréquemment d'avis ;Chanter à  tue-tête : Chanter d'une voix trop forte ;Chapeau bas : Félicitations. ;Cirer les pompe de quelqu'un : Dire du bien de quelqu'un de manière hypocrite ;Clouer le bec (à  quelqu'un) : Faire taire quelqu'un ;Se cogner la tête contre les murs : S'énerver, devenir fou ;Comme papa dans maman : Chose facile à  réaliser, ou c'est dans le bon ordre des choses ;Comme cul et chemise : Bon amis ;Comme un beau diable : S'agiter dans tous les sens ;Comprendre sa douleur : Réaliser l'étendue de son échec ;La coupe est pleine : C'est assez ;Courir plusieurs lièvres à  la fois : Se lancer dans plusieurs activités ou plusieurs projets à  la fois au risque de n'en finir aucun ;Courir sur le haricot : Enerver (ex : Ce type-là , il commence sérieusement à  me courir sur le haricot !) ;Coup d'éclat : Action spectaculaire ;Couper l'herbe sous les pieds : Devancer ;Crier au loup : Faire du bruit pour peu de choses

D

;De but en blanc : Directement ;De la roupie de sansonnet : Pas grand-chose ;De fil en aiguille : Passer progressivement d'un sujet à  un autre ;Débarrasser le plancher : Partir sans attendre ;Découvrir le pot aux roses : Découvrir un secret ;Demain on rase gratis : Faire des promesses que l'on ne tient pas. Cette expression viendrait de l'échoppe d'un barbier o๠un panneau indiquant cette phrase restait accroché. Le barbier répondait alors à  ceux qui demandaient leur rasage gratuit que c'était pour « demain » ;Démarrer sur les chapeaux de roues : S'élancer très (trop) rapidement avec un véhicule, s'emporter trop rapidement ;Déplacer des montages : Faire des choses qui semblent impossible ;Dépoter le gluant : Accoucher ;Des clous ! : Exprime le refus = Non ! ;Déshabiller Paul pour habiller Jean : Prendre à  l'un pour donner à  l'autre ;Les deux faces d'une même pièce : Une même chose présentée de deux manières différentes ;Donner de la confiture à  un cochon : Donner quelque chose à  quelqu'un qui ne saura pas l'apprécier ;Donner sa langue au chat : Demander la solution d'une devinette ;Donner du grain à  moudre : Offrir une marge de manœuvre dans une négociation ;Dormir sur ses deux oreilles : àŠtre rassuré, ne pas se faire de souci

E

;Emmener Popaul au cirque : Aller voir une prostituée ;Emprunter un pain sur la fournée : Avoir un enfant hors mariage ;(Je ne peux pas l')encadrer : Je ne peux pas le supporter ;Entre chien et loup : A la tombée de la nuit ;En perdre son latin : Ne plus rien comprendre ;En roue libre : Sans retenue, ou facilement, sans effort ;àŠtre à  voile et à  vapeur : àŠtre bisexuel ;àŠtre blanc comme neige : àŠtre innocent ;àŠtre blanc comme un navet : àŠtre très pà¢le, ou pas du tout bronzé ;àŠtre bête comme ses pieds : àŠtre idiot ;àŠtre bête à  manger du foin (ou de la paille) : àŠtre idiot ;àŠtre blanc de peur : Avoir eu très peur ;àŠtre comme cul et chemise : àŠtre de connivence ;àŠtre dans la merde jusqu'au cou : Avoir de gros ennuis ;àŠtre de mèche avec quelqu'un : àŠtre de connivence avec quelqu'un ;àŠtre de la jacquette : Ou de la jacquette flottante, être homosexuel. ;àŠtre fait comme les haricots : Se faire attraper ;àŠtre fait comme un rat : Ne plus avoir d'issue ou de solution ;àŠtre fort comme un Turc : Avoir beaucoup de force ;àŠtre habillé à  l'as de pique : àŠtre mal habillé ;àŠtre le bec dans l'eau : àŠtre dans l'incertitude. Avoir raté quelque chose ;àŠtre nu comme un ver : àŠtre tout nu ;àŠtre plus royaliste que le roi : Défendre quelque chose avec trop de zèle ;àŠtre riche comme Crésus : Avoir beaucoup d'argent ;àŠtre rouge comme une tomate : àŠtre tout rouge ;àŠtre sur son 31 : àŠtre endimanché, être très bien habillé ;Se mettre sur son 31 : S'habiller somptueusement ;àŠtre sur une mauvaise pente (sur une pente glissante) : Se laisser aller à  des actions négatives ;àŠtre un à¢ne bà¢té : àŠtre idiot

F

;Faire son trou : Se faire une place dans la vie ;Faire un carton : Avoir du succès ;Faire face : Assumer ses responsabilités ;Faire le zèbre (le Zouave, le clown, le pitre, l'imbécile) : Faire l'intéressant ;Faire le mur : Quitter sans autorisation une école, une caserne ;Faire tourner en bourrique : Faire passer pour un imbécile. Faire devenir fou ;Faire une croix sur quelque chose ou quelqu'un : Accepter d'abandonner quelque chose ou quelqu'un ;Faire d'une pierre deux coups : Régler deux problèmes à  la fois ;Fashion victim : Personne qui se doit d'être à  la mode ;Fleur bleue : Naà¯f ;La fête bat son plein : La fête est à  son point culminant. Dans cette expression, le mot son signifie le bruit et non la possession ;Filer à  l'anglaise : Partir discrètement. Comme on pouvait s'y attendre, en Angleterre on dit filer à  la française. ;Filer entre les doigts : Dilapider ;Fondre comme neige au soleil : Disparaître très rapidement, se dit surtout pour les économies, voire ses économies fondre comme neige au soleil. ;Foutre le camp : Partir précipitamment ;Foutre le bordel : Mettre le chaos ;France d'en bas : Les classes populaires (expression méprisante) ;France d'en haut : Les classes dirigeantes

G

;Gagner les doigts dans le nez : Gagner facilement, sans effort ;Garder un chien de sa chienne : Mettre au point une vengeance ;Gloubi-boulga : Mélange infà¢me (vient du nom d'un gà¢teau mangé par Casimir, monstre dans une émission télévisée française dans les années 1970) ;La Grosse Pomme : New York (Argot, voir aussi dans argot)

H

;Habiller quelqu'un (pour l'hiver) : Dire des vilenies sur une personne (pour l'hiver quand on en dit beaucoup), voir aussi Casser du sucre sur le dos de quelqu'un ;Herbe à  Nicot : Tabac. Vient du nom de l'ambassadeur de France au Portugal qui rapporta du tabac à  Paris vers 1560 : Jean Villemain, seigneur de Nicot ;(Un) homme de paille : Un homme manipulé ou un prête-nom

I

;Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud : Il faut agir rapidement ;Il n'est pas dans son assiette : Il n'est pas très en forme ;Il n'y a pas un chat : Il n'y a personne ;Il n'y a pas de quoi fouetter un chat : Ce n'est pas très important ;Il n'y a pas photo : Il n'y a pas de doute ;Il y a de quoi s'arracher les cheveux : Se faire du souci ;Impossible n'est pas français : Rien n'est impossible. Phrase dite par Napoléon Bonaparte

J

;Jeter l'argent par les fenêtres : Dépenser sans compter ;Jeter le bébé avec l'eau du bain : Perdre de vue l'essentiel ;Jeter l'éponge : Arrêter une action, une activité. Vient du monde de la boxe o๠l'entraîneur peut jeter son éponge au milieu du ring pour demander l'arrêt du combat à  la place de son boxeur. ;Jeter le manche après la cognée : Abandonner ;Jeter de la poudre aux yeux : Chercher à  paraître plus que l'on est. ;Jouer au chat et à  la souris : Faire durer un jeu cruel ;Jouer au gendarme et au voleur (ou au docteur ) : Pratiquer des attouchements. Se dit d'un enfant.

K

L

;Avoir la langue bien pendue : Parler beaucoup, être impertinent ;Lèche-cul, Lèche-bottes : Personne qui flatte servilement autrui pour en tirer avantage, voir aussi flagorneur, pompe-anus. ;Levé du bon pied : àŠtre de bonne humeur ;Levé du mauvais pied : àŠtre de mauvaise humeur, voir Levé du pied gauche ;Long comme un jour sans pain : Interminable

M

;Mà¢cher ses mots : Ne pas dire ce que l'on pense ;Ne pas mà¢cher ses mots : Dire ce que l'on pense ;Madame porte la culotte : C'est la femme qui dirige dans le couple ;Manger les pissenlits par la racine : àŠtre mort ;Manger son pain blanc : Profiter du meilleur tout de suite, s'utilise surtout au passé pour indiquer que le meilleur est fini (il a mangé son pain blanc). ;Manger de la vache enragée : Vivre des moments difficiles, subir des privations. Se dit surtout des artistes quit ont réussi après avoir connu des débuts difficiles. ;Manger dans la main : àŠtre obéissant ;Manger à  tous les rà¢teliers : Servir des intérêts contraires ;Marcher sur la tête : Faire n'importe quoi ;(Une) Marie-couche-toi-là  : Une femme facile ;Mettre de l'eau dans son vin : Faire des concessions ;Mettre la charrue avant les bœufs : Faire les choses dans le désordre ;Mettre les voiles : Partir rapidement ;Mettre les petits plats dans les grands : Préparer une réception avec soin ;Mettre sur la paille : Ruiner ;Mettre du beurre dans les épinards : Améliorer ses finances ;Mi-figue, mi-raisin : Avoir deux attitudes opposées ;(Le) mieux est l'ennemi du bien : On risque de gà¢ter ce qui est bien en voulant obtenir mieux ;(C'est) moi qui paye : C'est de moi dont on se moque, dont on dit du mal ;(C'est) moi qui régale : C'est moi qui invite ;Monnaie de singe : Promesses sans valeur. A l'origine pour payer l'octroi (droit de passage pour aller vendre sa marchandise à  Paris) les montreurs de singe payaient en faisant faire des numéros à  leur singe. ;(C'est une) montagne qui accouche d'une souris : Un événement annoncé comme majeur se révèle être insignifiant ;Montrer les talons : Partir ;Mouiller sa chemise : Se donner du mal ;(Les) murs ont des oreilles : Cet endroit n'est pas à  l'abri d'écoutes indiscrètes

N

;N'en faire qu'à  sa tête : Ne pas écouter, être têtu ;Né avec une cuillère d'argent dans la bouche : Né dans une famille riche ;Ne pas avoir la langue dans sa poche : S'exprimer franchement ;Ne pas avoir froid aux yeux : àŠtre courageux ;Ne pas casser trois pattes à  un canard : Ne pas être exceptionnel ;Ne pas être tombé de la dernière pluie : Avoir de l'expérience, ne pas être facile à  berner ;Ne pas faire long feu : Ne pas s'attarder à  un endroit ou à  une tà¢che ;Noircir le tableau : Présenter une situation comme plus grave qu'en réalité

O

;Il n'attache pas son chien avec des saucisses : Il est avare ;On ne me la fait pas : Je ne suis pas dupe de votre procédé de tromperie

P

;Parler aux murs : Parler sans être écouté ;Parler français comme un basque l'espagnol : Parler le français très mal. Au fil du temps, la phrase a été déformée en Parler francais comme une vache espagnole. ;Partir en couille : En train de rater ;Pas de bol : Pas de chance ;Passage à  tabac : forme de torture qui consiste à  frapper la personne pour la faire parler ;Passer l'arme à  gauche : Mourir, voir aussi manger les pissenlis par la racine. ;Passer la brosse à  reluire : Faire l'éloge de quelqu'un, voir aussi cirer les pompes ;Passer la pommade : Dire du bien de quelqu'un de manière hypocrite ;Ne pas passer les portes : Avoir un conjoint très infidèle, c'est-à -dire porter de très grandes cornes ;Passer à  la trappe : Oublier volontairement ;Passer à  table : Avouer. ;Passer par pertes et profits : Accepter d'abandonner quelque chose ;Passer du coq à  l'à¢ne (originellement à¢nne = canard) : Changer brusquement de sujet dans une conversation ;Passer par les fourches caudines : Devoir subir la volonté de quelqu'un. Vient d'une bataille de l'antiquité romaine, que les Romains ont perdue en se faisant enfermer dans un défilé ;Payer rubis sur l’ongle : Payer une somme importante sans discussion ;Perdre la tête (la boussole, le nord) : Devenir fou, perdre tout repère, voir Perdre la boule ;Péter les plombs, un plomb : devenir fou, voir Perdre la boule ;Péter plus haut que son cul : Se prendre pour plus important que l'on ne est ;Péter un boulon (un cà¢ble, un filin, une durite) : Perdre la raison ;Perdre la boule : de l'arabe mahboule, qui a donné ma boule, littéralement fou, devenir fou. ;Pisser dans un violon, dans la Garonne : Faire quelque chose sans obtenir de résultat. S'emploie ainsi : C'est comme pisser dans la Garonne ;Le plancher des vaches : La terre ferme ;Pleuvoir comme vache qui pisse : Pleuvoir de manière intense ;Pleuvoir (tomber) des hallebardes (des cordes) : Pleuvoir de manière intense ;Porter à  bout de bras : Soutenir ;Porter le chapeau : Subir la responsablilité de quelque chose ;Porter les cornes : Avoir un conjoint infidèle. ;Porter plusieurs casquettes : Avoir plusieurs responsabilités ou occupations ;(de la) Poudre de Perlimpinpin : Faux médicament. Chose sans aucune valeur ;Prêcher un converti : Tenter de convaincre quelqu'un qui est déjà  convaincu ;Prendre la porte : Partir, quitter ;Prendre la poudre d'escampette : Partir rapidement, fuir ;Prendre une veste : Subir un échec, se dire surtout avec une femme ;Prendre ses jambes à  son cou : Se sauver en courant ;Prendre son pied : Avoir un grand plaisir, jouir ;Se prendre la tête : énerver, obnubiler, rendre fou ;Cela me prend la tête : Cela m'énerve, me rend fou, cette idée ou ce problème m'obsède ;Prêter l'oreille : Écouter attentivement

Q

;Le quart d'heure américain : Moment, dans une soirée, o๠les femmes invitent les hommes ;Quand le chat n'est pas là , les souris dansent : Quand le « patron Â» n'est pas là , les autres en profitent ;Quand les poules auront des dents : Cela est impossible ;Que de beurre en broche : Équivaut à  rien. S'emploie dans une phrase du genre : Pas plus de X que de beurre en broche

R

;Ras le bol : Assez, cela suffit ;Rhabiller le petit : Remplir son verre ;Reculer pour mieux sauter : Différer la prise d'une décision ;Remonter les bretelles : Sermonner ;Se faire remonter les bretelles : se faire sermonner ;Remonter la pente : S'améliorer, améliorer sa situation ;Rendre la monnaie de la pièce : Rendre la pareille, se venger ;Reprendre du poil de la bête : Se reprendre ;Revenir de Pontoise : àŠtre hébété, déconfit, décontenancé ;Rouler des épaules : Frimer ;Rouler dans la farine : Berner, escroquer ;Se faire rouler dans la farine : Se faire berner, se faire avoir ;Rouler des mécaniques : Frimer ;Ruer dans les brancards : Se fà¢cher, se mettre en colère, protester

S

;Sans autre forme de procès : Sans plus de considération ;Sec comme la langue du diable : Quelque chose d'extrêmement sec ;Sec comme les couilles à  Taupin : Quelque chose à  manger de sec ;Sec comme une trique : Personne très grande et maigre ;Sec comme un coup de trique : Quelque chose d'extrêmement sec ou brutal ;Se faire du mauvais sang : Se faire du souci ;Se faire du mouron : Se faire du souci ;Se faire appeler Arthur : Se faire gronder, voir se faire remonter les bretelles ;Se mélanger les pinceaux : Se tromper ;S'en tamponner le coquillard (en option : avec une patte d'alligator femelle) : Se ficher de quelque chose (ex. : Je m'en tamponne le coquillard de son histoire de voiture !) ;Sonner les cloches à  quelqu'un : Fermement sermonner quelqu'un ;Se faire sonner les cloches : Se faire fermement sermonner ;Se saigner aux quatre veines : Se donner beaucoup de mal ;Se voiler la face : Se mentir à  soi-même ;Sortir le grand jeu : Faire tout son possible pour plaire a quelqu'un ;S'attendre à  des lendemains qui chantent (ironie) : S'attendre au pire ;S'en mordre les doigts : Regretter

T

;Tailler la route : Partir rapidement ;Tailler une bavette : Discuter ;Tant va la cruche à  l'eau qu'à  la fin elle se brise : A force de braver un danger, on y succombe Vers tiré de la fable de Jean de La Fontaine Perrette et le pot au lait ;(Il me) tape sur les nerfs (sur le système) : Il m'énerve ;Taper l'incruste : S'inviter quelque part ;Tenir un tigre par la queue : àŠtre sur une affaire difficile, délicate ;Tenir le crachoir à  quelqu'un : àŠtre très bavard ;(àŠtre une) tête de linotte : àŠtre étourdi ;(àŠtre une) tête brulée : Prendre des risques inconsidérés ;Tirer (se) : Partir prestement ;Tiré par les cheveux : Difficile à  croire. Se dit aussi d'un raisonnement dont les tenants et les aboutissants sont difficiles à  faire coà¯ncider ;Tirer la couverture à  soi : Prendre plus que sa part ;Tirer le diable par la queue : Vivre à  la limite de ses moyens ;Tirer son épingle du jeu : Se sortir sans dommages d'une sale affaire ;Tomber (Aller) de Charybde en Scylla : Aller de de mal en pis ;(Le) tonneau des Danaà¯des : Vase sans fond que l'on ne peut jamais remplir. Au sens figuré : personne ou chose que l'on ne peut jamais satisfaire. ;Tord-boyau : Quelque chose de difficile à  avaler (alcool très fort) ou qui rend malade (nourriture avariée). ;Travailler d'arrache-pied : Travailler très intensément ;Travailler du chapeau : àŠtre fou ;Travailler pour le roi de Prusse : Travailler sans être payé ;Trier le bon grain de l'ivraie : Sélectionner quelqu'un ou quelque chose. Séparer le bien du mal. ;(Avoir la) trique : àŠtre en érection. Par extension : attendre avec impatience ;Trois pelés et un tondu : Pas grand monde ;Trouver chaussure à  son pied : Trouver quelque chose ou quelqu'un qui convienne ;Tourner la page : Passer à  autre chose ;Tourner sa langue sept fois dans sa bouche : Réfléchir avant de parler ;Tout feu, tout flamme : Avoir beaucoup d'enthousiasme

U

;Un doigt de ... : Un petit peu de ... (surtout pour les liquides) ;Un étouffe-chrétien : Quelque chose de très épais et consistant à  manger, qui cale la faim ;Une levée de boucliers : Opposition générale ;Une usine à  gaz : Un montage très complexe. Un système incompréhensible. ;Une main de fer dans un gant de velours : Une personne qui semble douce mais qui se révèle forte.

V

;Vache à  lait : Personne ou entreprise dont on tire un profit important ;Vivre à  deux cents à  l'heure : Vivre de manière intense ;Vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué : aller trop vite en besogne ;Voir les pierres : faire quelque chose de très difficile, compliqué, s'utilise plutà´t au passé : J'y ai vu les pierres. ;Vouer aux gémonies : Considérer avec le plus grand mépris ;Vouloir le beurre, l'argent du beurre, et (le sourire de) la crémière : Tout vouloir à  la fois

W

X

Y

;Yoyoter de la touffe : avoir perdu la raison, être fou

Z

Liens